Face aux événements d’Irak et du Liban…

logocom2Face aux événements d’Irak et du  Liban : un seul et même élan de solidarité de la France. 

Un « compromis historique » au Liban ?… Double mobilisation en France pour venir en aide aux chrétiens d’Irak et soutenir l’armée libanaise. Pour ce qui est des exactions subies par les minorités en Irak, notamment les Chrétiens et après la spectaculaire prise de position du Président François Hollande affirmant

que la France compte agir pour mettre fin aux comportements des « Daech » et autres bandes terroristes dans plaine de Ninive, c’est le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, qui se mobilise.

Dans une déclaration faite hier, le chef du Quai d’Orsay affirme que la France est « vivement préoccupée par les dernières avancées de l’EIIL dans le nord de l’Irak et par la prise de Qaraqosh, le plus grande ville chrétienne d’Irak ainsi que par les exactions intolérables qui sont commises ». Déclaration suivie de positions françaises claires et nettes au  Conseil de Sécurité et par des contacts avec les instances européennes et internationales compétentes. Mais on ne sait pas encore quel serait le rôle de la France si les USA passaient aux actes, notamment par des interventions aériennes ponctuelles. Les forces françaises déjà engagées en Afrique se tiendraient prêtes à agir si leurs alliés le leur demandaient expressément, a déclaré une source diplomatique française qui a ajouté que Paris et Washington sont à cet égard sur la même longueur d’onde.

 Autre mobilisation mais en soutien au Liban. Des associations libanaises et franco-libanaises de Paris comptent organiser une série d’actions – qui prendront leur ampleur dès la fin des vacances d’été – en signe de solidarité avec l’armée libanaise. Premier signe de ces actions, un communiqué diffusé hier par un groupe d’associations qui affirment qu’elles se tiennent derrière l’armée libanaise « gardienne de la patrie et dernier bouclier pour la défense de l’entité libanaise ».

Le communiqué salue par ailleurs la position du conseil des ministres  appuyant nos forces armées et rejette à l’avance toute solution politique défaitiste demandant enfin que soit accéléré le processus de renforcement de la puissance des forces armées et des forces de sécurité qui affrontent «  le plus grand défi de leur histoire pour sauver le pays des dangers de la subversion, de l’intégrisme religieux , du terrorisme et de la division ».

Toujours au chapitre du Liban, des personnalités politiques françaises de diverses sensibilités politiques se sont félicitées hier du retour du Président Saad Hariri souhaitant que cela aboutisse tout d’abord à un « compromis historique » au sujet de l’élection présidentielle et que le leader du « sunnisme » modéré agisse au sein de sa communauté et au niveau du Liban tout entier pour que les formations islamistes « takfiristes » soient isolées et rejetées hors du pays.

Publicités