L’ accord Saoudo-français d’aide à l’armée libanaise

logocom2Député des Français résidant au Levant et en Afrique de l’Est : Alain Marsaud interrogera son gouvernement sur la concrétisation de l’accord saoudo-français d’aide à l’armée libanaise. 

« Nous interrogerons le gouvernement sur les retards apportés à la concrétisation de l’accord franco-saoudien d’aide à l’armée libanaise pour 3 milliards de dollars », a déclaré hier à « L’Orient Le Jour » M. Alain Marsaud, député des Français de l’étranger pour les zones du Levant et de l’Afrique de l’Est.

P02-1_272649_292738_largeM.Marsaud qui a affirmé n’avoir pas compris la politique française de frappes aériennes contre « Daech » a estimé par ailleurs que les Français du Liban ne sont pas plus exposés que les Libanais aux menaces de l’organisation terroriste et que la communauté française du Liban sait prendre les mesures de protection nécessaires dans les circonstances actuelles. De ce fait, a poursuivi le parlementaire, nous sommes moins inquiets pour nos compatriotes du pays du cèdre que pour ceux résidant dans les autres pays de la zone. En réponse à une question sur ses voyages dans les pays relevant de sa circonscription, notamment au Liban et en Syrie, M. Marsaud a déclaré : « Je viens d’effectuer un voyage au Liban et je m’y rendrai encore prochainement. Quant à la Syrie, je crains qu’un voyage dans ce pays – où je serai forcément accueilli par les autorités  en place – ne soit embarrassant pour la diplomatie française. »

Sur la participation de la France aux frappes aériennes contre des positions de « Daech » en Irak, le député s’est dit réservé pour ce qui est de l’utilisation des « Rafale » basés à Abou-Dhabi pour effectuer des raids en Irak ajoutant ; « Nous sommes entrés en guerre sans que notre Président nous explique le but de cette opération». Pour sauver les chrétiens d’Irak, a encore dit M. Masaud, les frappes ne suffiraient pas en Irak, au Liban ou ailleurs.

Etant député des Français  de cette zone ainsi que de nos compatriotes installés en Afrique de l’Est, je pense à la sécurité de nos concitoyens se trouvant là bas du « suivisme » de notre politique étrangère qui expose nos communautés et cette politique m’inquiète. Revenant à la situation au Liban, M. Marsaud a affirmé que malgré la gravité de la situation présente ce pays reste la seule démocratie qui fonctionne et que c’est là une des raisons de l’engagement et de la solidarité de la France aux côtés de ce pays. Le Liban fait l’objet d’attaques de mouvements islamistes extrémistes et ses régions de l’Est et du Nord se trouvent de ce fait menacées, a encore dit le député qui a constaté qu’en ce moment on ne parle pas assez  du Liban et de ses problèmes dans les cercles du pouvoir.

C’est probablement pour cela que Marsaud interrogera le gouvernement à la tribune de l’Assemblée dans les prochains jours sur l’accord franco-saoudien d’aide militaire au Liban estimant probablement que  c’est là le geste le plus urgent  à faire pour que l’armée libanaise, en première lignes de la guerre contre les terroristes, puisse tenir face aux « Daech » et autres organisations se trouvant à ses frontières et même sur notre territoire.

Publicités