De Kobane à Ersal, un seul et même combat …

logoDE KOBANE A ERSAL, UN SEUL ET MEME COMBAT – pour le site du Forum du dialogue by Al Hiwar – http://www.alhiwar.com/fr

La semaine qui vient de s’écouler aura été encore marquée par d’inégales batailles sous l’œil indifférent de l’armée turque qui laisse faire et attend un dénouement. Sans jumelles, à l’œil nu, à quelques centaines de mètres de là. Insoutenable attente et vagues promesses.

Dénouement qu’on nous dit imminent du calvaire des vaillants combattants kurdes armés au compte-goutte face à des hordes « Daechistes » suréquipées qui poursuivent leur lente progression, malgré les frappes aériennes  et cyniquement sélectives d’une coalition internationale qui ne veut toujours pas mettre pied à terre.

Promesses vagues et encore verbales au Liban où l’armée se bat elle aussi en première ligne contre le même ennemi avec un équipement inadapté et par endroits obsolète. Alors que l’adversaire campe sur les hauteurs d’Ersal et s’apprête à lancer un assaut imminent pour assurer gîte et approvisionnements auprès des villageois moins accueillants que par le passé certes mais impuissants et abandonnés à leur sort.

Sur ces deux fronts pas de soutien politique ou presque.

A Kobané d’imposantes conférences et de spectaculaires raids et bombardements ne suffiront certainement pas à sauver la localité-martyre et à Ersal des promesses et des déclarations ne pourront éviter le pire. Côté libanais, les timides déclarations de personnalités sunnites dites modérées ne terroriseront pas les terroristes et les annonces d’imminentes livraisons d’armes à la troupe ne garniront pas l’arsenal de la troupe.

Ce n’est que tout récemment que Saad Hariri a durci le ton en traitant les hordes de « Daech » de mécréants et d’assassins. Mieux vaut tard que jamais. Mais il faut rappeler que d’autres personnalités sunnites – dont Fouad Makhzoumi – l’avaient précédé en qualifiant ces mêmes terroristes de bandits qui agissent au nom d’un islam qui ne les reconnaît ni ne les connaît…

Mais une ou même deux hirondelles ne font pas le printemps et il faudra encore que de nombreux  autres leaders sunnites – essentiellement sunnites – parlent haut et fort pour assécher l’eau dans laquelle baigne « Daech » et d’autres poissons tueurs. En la matière, une condamnation, une phrase de la bouche d’un sunnite libanais vaut mille condamnations émanant d’autres Libanais. Il faudra du courage et encore du courage pour dire aux terroristes que Tripoli (même Tripoli dirons nous) n’est pas Moussoul et que le Liban ne sera pas une proie facile.

Pour en revenir au calvaire de Kobané, il faut lever avant tout l’ambiguïté turque et ce n’est pas chose facile. Les Etats et surtout les anciens empires ont leurs raisons que la raison ne peut comprendre et encore moins tolérer.

Et c’est ainsi que des milliers de Kurdes seront massacrés sous nos yeux. Et ce n’est qu’après le carnage que nous aurons quelque résolution onusienne pour rendre un hommage posthume à leur bravoure.

Publicités